Biographie


"Le Rythme, c’est l’essence même de Tabou Combo" nous dit Herman Nau, co-fondateur et ancien batteur de Tabou Combo, et devenu depuis ministre de la Jeunesse et des Sports d’Haïti. Les rythmes de la musique de danse nationale d’Haiti, le Kompa, ont projeté le premier groupe du pays sur la scène internationale. Les 12 membres du groupe ont parcouru le monde entier depuis leur depart d’Haiti et leur installation à New York en 1971. A l’époque le groupe était déja établi comme le groupe Numero 1 d’Haïti connu sous le nom d’"Ambassadors of Kompa", Tabou Combo a aujourd’hui des admirateurs et des adeptes dans le monde entier, de Londres à Paris, en passant par les Pays-Bas, le Japon, l’Amérique du Sud, toutes les Caraïbes et l’Amérique du Nord.

Il est aisé de comprendre pourquoi le style acharné et plein d’énergie du Kompa de Tabou Combo fait tomber toutes les barrières de langues. Que ce soit en Anglais, en Espagnol, en Français ou dans leur créole natif, Tabou nous offre un mélange épicé de sons et de structures prenant leurs racines aux quatre coins du monde. Vous entendrez une bonne dose de la musique de danse nationale de la Dominique, le Meringue. S’ajoute à cela la musique haitienne endiablée du Carnaval, le Rara et les tambours hypnotiques du rituel Vaudou. Tout cela se mêle aux quadrilles et contredanses herités des colons Français avec en plus une dose de Funk de la Soul Music a James Brown. Le mélange de toutes ces influences nous donne un sérieux fond de basse, accentué par les couches successives des battements des tambours, des percussions et des congas, entrelacé à deux guitares avec une touche de Soukous d’Afrique de l’Ouest ainsi qu’un riff de piano et les sons d’un ensemble de cuivres de 4 musiciens.

Tabou Combo débute sa carrière en 1967 à Petion-Ville, une ville proche de Port-au-Prince par Albert Chancy, Herman Nau et leurs amis, tous adolescents à l’epoque. Ils se nomment d’abord "Los Incognitos" car ils sont totalement inconnus du public. Ils se rebaptisent Tabou Combo en 1968 afin de porter un nom plus proche de la culture haïtienne. Cette même année, ils gagnent le premier prix lors d’un concours télévisé pour jeunes talents, deviennent célebres à Haiti et l’année suivante en 1970 se retrouvent en tête de tous les groupes de l’ile. Mais les parents de Chancy envoient leur fils Albert, le guitariste et chef du groupe, étudier dans un collège à Montreal, il abandonne la musique, le groupe se sépare et ses membres émigrent vers les Etats-Unis. Au début de l’année 1971, une rencontre imprévue amène une reformation du groupe. Jean-Claude Jean, guitare rythmique prend la direction du groupe qui repart de plus belle et continue ainsi depuis avec seulement quelques petits changements.

Utilisant la répétition et les ruptures de la musique Gospel Afro-Américaine, TABOU COMBO attire son public à l’écoute et a la danse. Quatre décennies après sa création, le groupe fait danser tout le monde, des salles de concert aux rues et aux boites de nuit dans le monde entier. Aux dires de Fanfan, "Nous voulons que les gens dansent et oublient leurs peines."

Sans aucun doute possible, la musique est faite pour danser, mais les paroles des chansons de Tabou s’adressent aussi aux problèmes sociaux du jour. Par exemple le titre de l’album ZAP ZAP paru en 1991 cherche à élever l’image du peuple haïtien à la suite d’articles de presse négatifs par rapport a l’épidémie du SIDA. La chanson YO (Eux) également sur ZAP ZAP nous raconte sur un texte de Patrick Chamoiseau la lutte du peuple haïtien pour mettre fin à ses misères politiques et économiques.

C’est en 1974 que le groupe capte l’attention de l’Europe avec son tube d’un million de ventes NEW YORK CITY. Depuis, la popularité du groupe ne cesse de grimper sur la scène internationale. En 1989, la sortie de AUX ANTILLES fait la une des hit-parades d’Europe et des Caraïbes pendant six semaines d’affilée. AUX ANTILLES gagne aussi le prix du Meilleur Album de Musique Haïtienne de Danse en 1991 au premier Festival de Musique Caribéenne (Caribbean Music Awards) au célèbre Apollo Theater de New York City. KITEM FE ZAFEM (Laisse-moi faire mes affaires), est cité parmi les meilleurs tubes dans le magazine Beat en 1988. En 1989, le cinéaste Jonathan Demme se sert de KITEM FE ZAFEM, ainsi que de ZAP ZAP pour son film MYSTERY DATE. La chanson JUICY LUCY est choisie par le cinéaste français Maurice Pialat pour son film POLICE (1985). En 2002, le guitariste mondialement connu Carlos Santana enregistre la chanson MABOUYA (sous le titre "Foo Foo") sur son album SHAMAN.

Attirant aujourd’hui des milliers d’admirateurs dans des salles comme le Zénith de Paris, et acceptant même de paraitre aux Nations Unies à New York, Tabou (qui veut dire sacré en Créole) a parcouru un long chemin depuis ses débuts voila plus de qauarante ans à Petion-Ville comme s’en souvient Herman, dans les fêtes avec les amis.

Apres avoir voyagé autour du monde avec Tabou, Fanfan a decouvert que les gens sont les mêmes partout et que tous aiment la musique. TABOU COMBO séduit par ses rythmes envoûtants. La pulsation du Kompa est contagieuse et des milliers de témoins de par le monde s’empresseront de vous le prouver Si seulement ils arrivent à s’arrêter de danser assez longtemps pour pouvoir parler !

Extrait du site officiel de Tabou Combo.

« juillet 2017 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Téléchargez l'agenda format vCal Téléchargez l'agenda format vCal
Abonnez-vous au flux rss de l'agendaFlux rss de l'agenda
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © OMCmusic